Premier jour – la carte de l’expédition 1

Hier c’était la fête des travailleurs. Danil Yakovenko se réveillait par -11°C. En mai à Vorkouta, fais ce qu’il te plaît, mais n’oublie pas ta parka. En France il fallait juste un ciré, mais on en a tous fait l’expérience, les balades sous la pluie, au bout de deux heures, c’est chiant. Alors j’ai retracé la carte de notre voyage.

Une œuvre en 34 correspondances. Les points noirs sur la carte. Un gros point noir, c’est un vrai arrêt, avec balades, rencontres et tutti quanti. Un petit point noir, c’est un intermède, la ritournelle futile entre deux apothéoses, avec visite de la gare, consultation des horaires et achat de billets, éventuellement pimentée d’un petit contrôle des papiers – comme le triangle dont on avait oublié qu’il faisait partie de l’orchestre, le contrôle des papiers survient à intervalles réguliers, égal à lui-même. Bref, on y chatouille un peu moins le rêve. Il y a aussi des moyens points noirs ; ceux-là sont des gros qui ont rétréci par un mauvais calcul d’horaires : Venise en 4h, c’est un peu court pour dire que l’on en a fait le tour, que ce soit au rythme largo d’un combiné lasagnes-vin rouge-fromage ou à l’allure moderato du vaporetto (Oui, à Venise il y a beaucoup d’o).

Carte de l'expédition trains arctiques - Bruno Meignien Pierre Berçot

Avant… Après… Finalement, nous avons tout de même suivi l’idée générale (voir ci-dessous). Le voyage « initialement prévu » a connu quelques ajustements de parcours, mais ce n’était que pour mieux arriver au milieu de nulle part comme au cœur des capitales. Alors bien sûr, Mourmansk et Ekaterinbourg ne graveront pas encore nos mémoires ni nos yeux, mais ils étaient peut-être un peu plus gros que nos ventres (Les yeux. pour Mourmansk et Ekaterinbourg, on n’en doutait pas). A bien y réfléchir, il aurait bien fallu 3 mois de plus pour réellement prendre le temps de découvrir toutes ces régions. Surtout que, comme on peut s’en douter, Vorkouta, 64°E, 67°N, c’est loin. On y voit le monde différemment. D’ailleurs, changeons d’échelle, voilà le monde à Vorkouta :

terre vorkouta

Ca fait froid sur la tête, hein ?

Vu de là-bas, aux confins de l’Europe et de l’Arctique, la France, c’est loin et c’est petit. Enfin, c’est peut-être pour cela que l’on y est bien vu.

Carte de l'expédition hivernale arctique en train par Pierre Berçot et Bruno Meignien

A demain pour la première photo givrée !

One comment on “Premier jour – la carte de l’expédition

  1. Reply Francois Mai 3,2013 7 h 52 min

    « A bien y réfléchir, il aurait bien fallu 3 mois de plus pour réellement prendre le temps de découvrir toutes ces régions. »

    C’est marrant, parce que nous (ta famille), avant même que tu partes, on savait que tu nous dirais ça au retour……

    je note aussi que le 27 avril, tu nous avais promis une photo par jour. Il manque donc déjà 6 !

Leave a Reply