Jour 6 – taïga

Lundi 18 mars, réserve naturelle de Kostomouksha, Carélie, Russie. Aujourd’hui, nous allons tester notre préparation et simuler une sortie sous tente, que nous planterons… à côté d’une isbouchka (cabane, diminutif de isba, la grande cabane), au cas où. Quelques forêts et tourbières plus loin, nous traversons en raquettes et planches de pin estampillées « Taïga » le lac que surplombe la cabane.

 jour 6 - taïga

Le planté de tente dans la poudreuse est délicat. Il faut la déblayer sur plus de 50cm pour pouvoir arrimer un tant soit peu les sardines de notre petite « canadienne » de surplus militaire. Notre tente n’a pas fière allure avec son toit qui s’affaisse, au milieu d’un trou de neige, mais nous fêtons tout de même l’évènement avec les deux jeunes scientifiques qui nous accompagnent. Je n’allais pas ramener le champagne en France après l’avoir trimballé sur 3,000 km !

jour 6 - isbouchka taïga

Les filles dorment dans la cabane, les garçons dehors. Ces derniers étaient en train de fendre les bûches pour le poële pendant que les fées du logis préparaient le repas, à base de coquillettes traditionnelles sur leur lit de graisse de viande fondue en suprême de bouillon cube. Bref, nous nageons en plein stéréotype.

 jour 6 - isbouchka carélie

La nuit sera chaude pour l’un, froide pour l’autre. Par -25°C, l’intérieur du toit et les duvets se couvrent de givre, qui attaque en escouade de flocons au moindre tremblement de la toile. Avec quelques petits ajustements sur l’isolation du sol, on devrait quand même s’en sortir à Vorkouta.

Leave a Reply