Jour 4 – Arrivée en Russie ! 1

Helsinki, 7h30. Non, 8h30. Le décalage horaire ! Vite. Tramway, gare, guichet international, photo souvenir, (p)ouf dans le train ; 9h et c’est parti pour 3h de voyage en Allegro, inauguré à toute berzingue – 230km/h – en décembre 2010 par la présidente finlandaise Tarja Halonen et le premier ministre russe Vladimir Poutine. Celui-ci avait d’ailleurs déclaré « j’ai beaucoup aimé le voyage« , et sa copine transfrontalière avait ajouté « tout va bien« . Ah, l’amitié entre les peuples, si elle pouvait faire aussi sauter les frontières… La sieste d’un autre monde est interrompue par une armée de bonhommes en uniforme – passeport, s’il vous plaît.

st-pétersbourg

Feu d’artifice vespéral à St-Pétersbourg, le long de la Néva

Passer une frontière en train est toujours intéressant. D’abord, on y perçoit l’absurdité de la chose ; sous un soleil éclatant, la neige succède à la neige, les arbres font place aux arbres. Et pas de nuage arrêté à la douane. Mais de touche en touche, quelques différences se font jour : les bâtiments, les trains, les passages à niveau (Assez dissuasifs en Russie, avec les plaques de bitume qui se soulèvent à l’approche du train : vous ne passerez pas)… Et la police, bien sûr. Inspection du passeport à la loupe, droit dans les yeux, signes extérieurs d’amabilité introuvables – et plus on cherche, moins on trouve ; ces gens-là ont le don de vous mettre mal à l’aise alors que vous n’avez rien fait.

Mais voilà St-Pétersbourg !

banquise st-pétersburg ermitage

Autre pays, autre monde. Soviétique ? Quelques restes de sureffectifs en couvre-chefs officiels, sans aucun doute. Pas une salle d’attente sans son officier un peu triste, cherchant sans doute de quoi faire. Enfin visiblement tout le monde n’est pas là ; ceux qui parlent anglais doivent être en vacances, l’administration réserve sans doute cette élite à la saison touristique. Le 16 mars à l’international ticket office, on parle russe.

– Hem (raclement de gorge, détachement des syllabes, mes premiers mots en russe, allons-y, elle s’impatiente déjà)… Сдраствуите, вы гаварите по-англиски ? (Bonjour, vous parlez anglais ?)
– Нет (Niet)
– Ah… Je voudrais un billet pour Kostomouksha, aujourd’hui
– Niet
– Euh, pourquoi niet ?
– … (oulala, je ne comprends rien à ce qu’elle raconte)
– Pardon, je ne comprends pas…
– … (elle parle plus vite et plus fort, avec un agacement affiché, mais quelques bribes finissent par former sens)
– Ah, pas de train aujourd’hui ?! Mais pourquoi ? Pardon, je veux dire et demain ?
– Niet !
– Et… Demain-demain ?
– Da (oui) !

métro des profondeurs

Les profondeurs du métro Péterbourgeois

Cela fait tout de même deux jours et demi d’attente, et je n’ai toujours pas réussi à joindre Pierre qui m’attendait ce matin à Kostomouksha. D’après la carte des trains que m’a donné Patrick, je pourrais m’approcher du but en allant à Pétrozavodsk. Allez, c’est parti. Il n’y a pas de train demain de Pétrozavodsk à Kostomuksha, mais tant pis, on avisera en sortant du train de nuit. En attendant, mission carte SIM – Pierre je suis vivant, j’arrive… Bientôt – et petite visite. Ci-dessus (cliquez pour agrandir) les rives de la Néva, gelée comme il se doit. Quand même, ils ont le sens des perspectives…

One comment on “Jour 4 – Arrivée en Russie !

  1. Reply Saint petersbourg week end Mai 27,2013 15 h 13 min

    St Petersbourg, une ville au top! des monuments somptueux, coup de cœur pour le palais Stroganoff 🙂

    Julie

Leave a Reply