Jour 22 – Blizzard

Nouvelle nuit à l’igloo après avoir tenté un feu qui n’a pas voulu dépasser la flamèche humide et vacillante. Nous avons pourtant réussi à obtenir des braises encourageantes mais rien à faire, le bois était trop humide. Nous voguions décidément de demi-succès en échecs complets, mais l’important c’est d’essayer !

Après un repas au réchaud et une bonne nuit à la belle étoile – pas d’aurore boréale, dommage – nous nous sommes réveillés dans notre igloo à ciel ouvert sous une fine couche de poudreuse. Le vent se levait en même temps que Pierre : « Il faut y aller, c’est l’apocalypse là ». Nous avons fait les bagages dans la torpeur d’un univers complètement chamboulé, les traces disparues, la scie et le bois de la veille entièrement recouverts. En quittant la combe pour arriver dans la grande vallée, une heure plus tard, on ne distinguait plus que des ombres fantomatiques ployant sous la tempête.

Jour 21 - blizzard en gare de Sob

Les trains déneigeurs étaient de nouveau là, comme chaque jour, de part et d’autre de la voie principale où la silhouette changeante du train voyageurs de 10h est passée comme si de rien n’était, dans un concert de klaxon. Dans le blizzard, les travailleurs en gilet orange s’affairaient autour de l’étrave du chasse-neige tandis que d’autres s’occupaient de remettre en marche le poste électrique qui alimente le village, les deux générateurs ayant sauté.

Jour 21 - blizzard et chasse neige en gare de Sob

C’est ainsi que nous sommes arrivés dans le train-hôtel dont Alexander Petrovitch nous avait donné la clé. Pas de chauffage – il fait -2°C dans la salle à manger – pas de lumière, un fond d’eau seulement dans la réserve, mais qu’est-ce qu’on est bien à l’intérieur !

L’électricité retrouvée, nous voilà dans un petit nid douillet, dans notre compartiment boisé et moquetté. Une superbe nuit en perspective.

Demain, nous repartirons retrouver Danil à Vorkouta, terminus polaire des 2300km de la ligne Moscou-Vorkouta…

Leave a Reply