Jour 21 – Grands espaces

A l’aube, enfin à midi, nous avons retrouvé les grands espaces. Notre ange-gardien est venu nous voir une première fois, a filmé notre installation avec un grand sourire et forces commentaires sur « les Français venus faire un igloo dans l’Oural« . Dans la nuit, les murs instables avaient bougé en une forme digne d’un délire d’architecte – le truc que tant qu’on ne l’a pas vu, on ne croit pas que ça puisse tenir. Revenu une heure plus tard, il a décidé d’avancer ces drôles de touristes un peu plus loin dans la combe, en motoneige.

Jour 20 - paysage d'Oural en hiver

La combe en question se termine par une bonne pente et aboutit sur un plateau aux distances trompeuses. Le sommet que l’on a l’impression de toucher du doigt semble s’éloigner au fur et à mesure. Sur la montée, nous avons croisé de nouveau ces traces de rennes et de traîneau qui sont celles de nomades en vadrouille dans le coin. Ils étaient passé à la gare le matin. Pays du merveilleux, la vallée qui se découvre sur l’autre versant est sans limites.

Jour 20 - paysage d'Oural en hiver2

Traces inquiétantes sur la neige fraîche. Un glouton ou un ours ? Plus haut, les traces en modèle réduit. Une maman ours avec ses petits, ce serait le duo gagnant. Si la mère est surprise, elle protège ses petits ; et sa défense, c’est l’attaque… Pour ne surprendre personne et ne pas froisser la susceptibilité de maman ours, nous avons chanté à tue-tête jusqu’au sommet. Panorama givré à 360° comme je n’en avais jamais vu d’aussi grand.

pierre berçot

Jour 20 - un igloo dans l'oural 3

Nous avons retrouvé les traces balèzes à la descente par l’autre côté, ainsi que des empreintes de loup ou de grand renard, de lièvres, de martre et de lagopèdes. C’est fou tout ce petit monde qui habite dans ces zones hostiles où l’hiver, il peut faire moins de moins 50°C. D’ailleurs, l’ours est censé hiberner. Enfin, nos sources divergent. D’après les types qui ont traversé l’Oural, ils dorment encore mais d’après l’ami de Danil, ils se sont réveillés à la faveur des températures brusquement remontées – tout est relatif – ces derniers jours. Dans le doute, on ne s’est pas trop attardé…

Leave a Reply