Jour 14 – Vologda et la mélancolie russe

Le train de nuit rouge et gris s’est vidé devant la gare rouge et blanche de Vologda. Pas un touriste de plus que nos deux pauvres âmes pour ressentir ces pointes de couleur dans un océan de neige alimenté par un ciel bas, les têtes des voyageurs face au léger vent glacial qui emportait la fumée des samovars vers un ailleurs sans couleurs, et les tracteurs qui effectuaient leur ronde pour remplir de charbon chaque voiture. Nous touchions du doigt l’âme russe, celle de Dostoïevski et de Lermontov.

jour 15 - Vologda - ambiance

Bulbes de Vologda en hiver

Train de banlieue Vologda - Russie

Après avoir sillonné le marché qui vendait principalement du chaud, de la tête aux pieds, nous nous sommes retrouvés sur un fleuve gelé. Et bien gelé. La promenade du Dimanche pour les habitants. Après une heure à suivre le lointain son des trains, une babouchka à skis, en plein effort, nous a confirmé un peu éberluée qu’il y avait bien un pont avec des trains, là-bas. Chacun ses objectifs. Pierre a préfèré pique-niquer, d’après lui, les trains, c’est mieux de l’intérieur.

Pas de chance, le pont n’est pas très beau. Mais derrière, il y a des bulbes. Un vieux est passé avec une luge jaune et un gamin. Puis plus personne. Les trains se succédaient, de longs convois de marchandises et quelques-uns de voyageurs, partant de très loin pour aller très loin. Nous, nous étions là, sous un pont, et nous les regardions passer…

Leave a Reply