Il est 22h 2

Bienvenue ! Si vous êtes ici, c’est grâce à Vincent et à Jean. Ça avait l’air tellement indispensable de partager ma nouvelle vie de photo-reporter – « aventurier » même, soyons fous, mais à ma façon – que ce dimanche, c’était décidé : j’allais créer un blog. Hasard, il neigeait. La plupart des gens n’en semblaient pas vraiment émus. Pourtant, il manquait pas mal de neige sur les voitures qui avait du finir en armes explosives, comme quoi, on peut encore rigoler.

Je n’avais pas vu autant de blanc dans cette grise région parisienne depuis dix ans, date où j’étrennais le premier appareil photo acheté avec mes sous. De mon point de vue d’alors un magnifique objet gris métallisé ; en réalité le compact argentique le moins cher du magasin, un morceau de plastique doté d’une lentille fixe, un obturateur fixe et un viseur (fixe, faut-il le préciser).

Et donc, il avait neigé – pour ceux qui ne suivraient pas, on est fin 2002, près de Paris, il a neigé et il fait froid. Mais la priorité absolue e

st d’attendre, le doigt gelé sur le déclencheur, qu’un train veuille bien passer sur la voie ferrée de droite. Le voilà, c’est un peu mon image fétiche, peut-être pas ma plus belle ni techniquement parfaite, mais c’est tout moi : un train qui sort de l’infini, un paysage et du froid.

Image de train - il neige à Paris !

Une journée comme les autres ?

Il est donc minuit, le temps passe vite et le compact gris n’existe plus, il a fini en pièces détachées dans une poubelle. Après quelques années de bons services, il avait rendu sa dernière étincelle en vidant son condensateur de flash entre le tournevis et mes doigts. S’électrocuter avec un appareil photo, ce n’est pas donné à tout le monde ; tant mieux pour le monde, car on n’en sort pas très grandi. Quoiqu’à 18 ans, cette petite mort fournissait une belle occasion de mettre toute la famille à contribution pour un « réflex« , chose magique dont j’attendais toutes sortes de miracles après un choix de plusieurs mois : voir exactement ce que l’on prend en photo, changer d’angle de vue, fabriquer du flou… Tant de mystères à découvrir !

Je ne les ai pas tous découverts, on dirait que la vie veut en ajouter toujours plus qu’elle n’en dévoile. Mais avec l’aide de quelques anges-gardiens, ses hasards successifs m’ont fait goûter à l’aventure. Alors si par hasard vous passez par ici, une fois, puis de temps en temps, j’espère vous en offrir un peu, autrement.

2 thoughts on “Il est 22h

  1. Reply Jean Jan 29,2013 8 h 25 min

    Cool ! Ton écriture est agréable. Vivement la suite !

  2. Reply Vincent Jan 29,2013 11 h 16 min

    Bravo et longue vie à bruno-meignien.fr!

Leave a Reply